Les dents du virus

Mi Fa Mi Fa Mi Fa Mi Fa

Pour donner corps au requin des dents de la mer, le compositeur John Williams n’a utilisé que deux notes (Mi et Fa), répétées tels les battements de coeur ou le rapport bien/mal. Un procédé qui lui a été inspiré par Le Sacre du printemps de Stravinski (certains citent aussi La Mer de Debussy et Alexandre Nevski de Prokofiev) et que l’on retrouve également dans la musique de Bernard Herrmann pour Alfred Hitchcock.

Les dents du virus

Franck

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.